Les taxis collectifs en Amérique latine et centrale

 

Comme partout ailleurs dans le monde, se sont développés en Amérique latine, des moyens de transports que l’on peut classer dans la catégorie des taxis dits collectifs.  Ils transportent autant les gens que les marchandises, sur de courtes ou de longues distances.  Ils sont également des moyens de transport ( www.allo-taxi.pro ) à la demande et des transports en commun, puisqu’on voyage généralement avec une vingtaine d’autres personnes et que l’on s’arrête ou on monte à peu près n’importe où...

 

Le touriste de passage, retiendra les couleurs bariolées et plutôt très voyantes de ces taxis collectifs, ainsi que les images religieuses qui sont très souvent peintes sur les carrosseries, il se souviendra aussi du petit nom affectueux donné à la voiture.  Ce que le touriste aimera moins retenir, c’est la conduite à la Fangio des chauffeurs, l’inconfort du voyage, et surtout les passages parfois si étroits qu’une roue du véhicule se trouve dans le vide…  On n’aimera pas de trop non plus, la créativité du chauffeur, qui fera tout son possible pour caser un maximum de passagers et de marchandises et rentabiliser ainsi au mieux son trajet. 

 

Par contre, la chose la plus précieuse que l’on retirera de ces voyages, c’est la gentillesse et surtout la convivialité des passagers, avec qui nous aurons alors partagé un petit bout de chemin et de vie.Si vous décidez de faire un petit tour sur la Cordillère des Andes, c’est bien souvent dans ce type de moyen de transport que vous voyagerez ou alors, dans un petit train, accroché au flanc de la montagne…  Quand on sait, que sur ces montagnes, certains passages sont plus qu’étroits, tellement même qu’un âne y passe à peine, et qu’on se dit qu’un véhicule peut arriver, à n’importe quel moment dans l’autre sens, on peut bien sûr se demander si on arrivera indemne et entier au bout du voyage entrepris…  Dans la majorité des cas, vous arriverez à bon port après avoir remis votre vie entre les mains de tous les dieux de la création !

 

-Le Ckicken Bus

 

Le Chicken Bus est donc, une espèce de taxi collectif que l’on trouve un peu partout en Amérique latine et plus particulièrement d’ailleurs, au Guatémala, au Honduras, au Salvador, au Nicaragua et à Panama.  Il sert tout autant au transport des personnes qu’à celui des marchandises et c’est bien souvent, un ancien autobus scolaire américain que l’on aura repeint et décoré avec des couleurs vives.  Son nom peut autant venir des marchandises qu’il transporte, à savoir les volailles, que les gens emmènent ou achètent au marché, que des camions de transports pour volailles, vu que les passagers sont loin d’y être à l’aise.

 

L’un des deux aura la licence qui l’autorise à le conduire et l’autre sera un ayudante, son rôle sera alors de s’occuper des passagers et des bagages.  Il veillera à ranger les bagages, les marchandises et les passagers transportés pour gagner autant de place que possible et pouvoir en transporter le maximum.  Il collectera également auprès de chacun, le prix du transport.  Il annoncera aussi haut et fort, les arrêts et les destinations, afin que les passagers, où qu’ils soient installés sans le véhicule ou sur le toit, puissent l’entendre.

 

Ces Chicken Bus sont très colorés et décorés, et ils ont même leur propre petit nom peint sur la carrosserie.   Ces Chicken Bus suivent un itinéraire précis établi à l’avance.  Le ou les chauffeurs sont des travailleurs indépendants, qui gardent donc le prix des courses comme salaire.  Si vous voyagez au Nicaragua par exemple, sachez que les Chicken Bus sont subventionnés par l’état qui fixe ainsi le prix maximum des courses.Si en voyageant en Chicken Bus dans un pays d’Amérique latine, vous souhaitez mettre vos biens à l’abri en les gardant près de vous plutôt que sur le toit, sachez que vous pourrez très bien acheter un ticket supplémentaire et déposer ainsi vos bagages sur un siège et les garder à l’œil…

 

-Les Chivas

 

Si lors de votre voyage, vous passez par l’Equateur ou par la Colombie, vous y rencontrerez des peint en rouge, en bleu ou en jaune (les couleurs des drapeaux nationaux colombien et équatorien).  Pour faire une Chiva, on utilisera le châssis d’un autobus sur lequel on attachera, un habitacle en bois ou en métal.  Les fenêtres de l’ancien bus ainsi transformé, deviennent alors des portes pour accéder à l’intérieur du bus.

 

C’est dans les campagnes que vous trouverez le plus de Chivas.  Elles servent au transport des gens et des marchandises et la plupart du temps, à l’arrière du véhicule, vous trouverez une échelle qui vous permettra de monter sur le toit.  On peut ainsi transporter bien plus de personnes et de marchandises en utilisant tout l’espace disponible.Ce moyen de transport ( fourrière auto moto ) folklorique et finalement assez amusant, même s’il n’est pas des plus confortables, aurait tendance à disparaître depuis que les lignes de bus intérieures sont disponibles partout dans les différents pays d’Amérique centrale et latine.  La Chiva subsiste néanmoins, pour le plus grand bonheur des touristes de passage qui peuvent ainsi faire une visite guidée de la ville et de ses alentours, dans un moyen de transport traditionnel, folklorique et assez typique de la région.

 

Les principaux taxis collectifs que vous trouverez en Amérique latine sont : les Chicken Bus et les Chivas.Les dessins et graffitis font bien souvent référence à des passages de la bible. 

Plus

Le Chicken Bus est un mot anglais assez familier que l’on pourrait traduire par Autobus Poulet, ce qui n’aurait pas réellement de sens pour nous les européens… 

Plus

Ces lignes de taxis collectifs, sont bien souvent exploitées par un ou deux jeunes hommes qui s’associent pour l’acheter qui devient généralement le prix de la course elle-même.

Plus